Lancement d’une étude « Les SIQO face au COVID-19 »

Dans un contexte inédit, la Chaire In’FAAQT a décidé de lancer une première réflexion sur les multiples impacts de ce printemps 2020 sur les produits sous Signe d'identification de la qualité et de l'origine (SIQO) et les stratégies d’adaptation mises en œuvre par les collectifs au sein des filières, avec, pour terrain d'étude, l'Occitanie : 1ère région européenne en SIQO (près de 250 produits sous labels officiels : AOP/AOC, Label Rouge, IGP, AB, ...). Au-delà d’un état des lieux « à chaud », il s’agit de favoriser le partage d’expériences entre les acteurs de terrain et de questionner la pérennité et la résilience des démarches qualité. Finalisation prévue : décembre 2020.

Contexte et enjeux 

 

La crise sanitaire du COVID-19 aura des répercussions considérables et durables sur les secteurs agricole et agroalimentaire, en France comme ailleurs dans le monde. Les stratégies de production et d’approvisionnement, les circuits de distribution comme les tendances de consommation s’en sont trouvées profondément bouleversées. Dans ce contexte inédit, les démarches sous SIQO ont connu des fortunes diverses. Si beaucoup d’entre elles voient leur activité commerciale plonger de façon alarmante, d’autres semblent mieux supporter la crise, voire même réussir à tirer leur épingle du jeu. Les stratégies d’adaptation des acteurs de ces démarches apparaissent également très hétérogènes.

 

Cette diversité des produits SIQO constitue de ce fait un bon terrain d’étude pour amorcer une prise de hauteur vis-à-vis des évènements récents. Les spécificités inhérentes aux démarches SIQO (différenciation par la qualité et/ou l’origine, organisation collective, reconnaissance officielle par les pouvoirs publics, diversité des types d’entreprises porteuses de ces produits) méritent en effet d’être réinterrogées à l’aune de cette crise sans précédent.

 

L’action s’inscrit dans la suite de premières investigations menées par l’IRQUALIM auprès des ODG et interprofessions régionales, investigations qui avaient d’ores et déjà mis en lumière le caractère très contrasté des impacts de la crise sur les produits. L’étude viendra en outre s’articuler avec l’enquête actuellement menée par Interbio Occitanie auprès des producteurs bio, des entreprises bio de l’aval et des distributeurs spécialisés bio.

 

Objectifs et contenu 

 

À cas exceptionnel, mesure exceptionnelle : en parallèle du Programme d’actions 2020-2025 de la Chaire, l’objectif de la présente action est de proposer une première lecture des tenants et des aboutissants de la crise du COVID-19 vis-à-vis des démarches SIQO (AOC, AOP, IGP, Label rouge et bio), en portant une attention particulière sur ses multiples conséquences perçues par les acteurs de ces démarches et sur les stratégies d’adaptation mises en œuvre. S’il s’agit dans un premier temps de recueillir les discours et représentations des acteurs des démarches au sujet de la crise afin de bâtir un premier état des lieux « à chaud » des tendances à l’œuvre, l’action vise également à interroger ces données dans la perspective de recherches ultérieures, en particulier concernant la pérennité et la résilience même des démarches SIQO.

 

Grâce à cette action transversale aux différents axes de la chaire, l’ambition est ainsi de favoriser le partage d’expériences entre démarches. Le croisement entre les témoignages d’acteurs situés au plus proche des réalités de terrain doit en effet permettre de proposer une lecture objectivée des évènements, hors de toute posture dogmatique ou idéologique inhérente aux modèles productifs à l’œuvre.

 

Modalités de mise en œuvre

 

L’action sera structurée autour de deux outils successifs :

  • Temps 1 : un questionnaire administré aux acteurs des démarches : responsables d’ODG (animateurs ou présidents), responsables de structures interprofessionnelles, acteurs de la mise en marché des produits (chefs d’entreprises, producteurs fermiers). Elaboré puis validé de façon collective, ce questionnaire doit permettre de tester un certain nombre d’hypothèses inhérentes aux différents axes de la chaire.
  • Temps 2 : des entretiens qualitatifs réalisés auprès d’acteurs sélectionnés selon des modalités à définir, afin d’approfondir les résultats issus du premier temps. Ces entretiens pourront être menés par voie digitale.

 

Il est proposé un questionnaire en 4 rubriques, chacune comportant des thèmes à aborder, eux-mêmes sous-tendus par des hypothèses :

 

RUBRIQUE 1 : L’ADAPTATION AU QUOTIDIEN DES FILIERES

Les signes avant-coureurs de la crise, la gestion dans l’urgence puis au fil de l’eau, les stratégies d’adaptation mises en œuvre par les acteurs

  • Hypothèse relative à l’organisation collective des ODG comme force ou au contraire comme faiblesse, ce qui pourrait avoir conduit à des formes de replis sur soi « individualistes ».

 

RUBRIQUE 2 : LES CONSEQUENCES ET MANIFESTATIONS DIRECTES DE LA CRISE

Les impacts ressentis (qualitatifs ou quantitatifs) et leur différentes natures (production, approvisionnement, commercialisation, coûts, trésorerie, destruction de valeur…).

  • Hypothèse relative à l’hétérogénéité des impacts d’un produit à l’autre, d’un producteur à l’autre, d’une forme d’entreprise à l’autre.
  • Hypothèse relative à l’accentuation des tendances de consommation d’avant la crise.
  • Hypothèse d’un impact positif sur l’image de l’agriculture qui a profité aux SIQO.
  • Hypothèse relative aux circuits de commercialisation : la crise comme crise des circuits plus que des produits.

 

RUBRIQUE 3 : LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS A TIRER DE LA CRISE

La crise comme révélateur des forces et faiblesses des SIQO (organisation collective, emploi, main d’œuvre, différenciation…), les besoins exprimés en termes de soutien politique…

  • Hypothèse relative à l’organisation collective des ODG comme force ou au contraire comme faiblesse, ce qui pourrait avoir conduit à des formes de replis sur soi « individualistes ».
  • Hypothèse relative aux circuits de commercialisation : la crise comme crise des circuits plus que des produits.
  • Hypothèse relative à une moindre attractivité des SIQO et au renforcement des nouvelles filières.

 

RUBRIQUE 4 : LES PERSPECTIVE D’EVOLUTION ENVISAGEES A LONG TERME

Les stratégies productives et commerciales, les nouvelles formes d’organisation, les formes de relocalisation de l’activité, des circuits, de la consommation.

  • Hypothèse relative à la « mise entre parenthèses » / l’accélération par la crise de la transition agroécologique des filières agricoles et agroalimentaires.

 

Fondé sur des questions fermées comme ouvertes, le questionnaire serait administré en ligne ou par téléphone, ceci afin de consolider les données collectées, en particulier qualitatives.

 

En termes de calendrier, l’action doit être finalisée pour la fin de l’année 2020.